éclairage

Comment choisir son éclairage ?

L’éclairage d’une habitation est important pour pouvoir espérer une vision parfaite sans abimer les yeux. Chaque pièce devrait avoir un éclairage différent en fonction de l’usage de cet espace.

Dans une cuisine, l’éclairage puissant d’une lampe halogène sera plutôt conseillé, dans une chambre la puissance ne sera pas essentielle et dans une salle de séjour, c’est l’heure qui va définir l’éclairage… Peu de lumière pour regarder la télé, éclairage important pour manger…

Quel éclairage pour une chambre

Une chambre devra avoir un éclairage global, fourni par un lustre, même s’il est décentré… Ou par un lampadaire ou une lampe plus importante. Cependant le souci des lampes de chevet sera plus problématique. Les constructeurs suggèrent actuellement de petits projecteurs… Dont on dirige avec délicatesse le faisceau lumineux pour n’apporter la lumière que sur la superficie d’un livre… Ils seront indispensables pour le repos des yeux. Cependant difficilement adaptables aux chambres de caractère (meublée à l’ancienne)… A moins de dénicher un camouflage dans des niches ou dans des coffrages. Sinon, la lampe de chevet reste la proposition la plus utilisée.

II vaudra mieux qu’elle soit réglable, ce sera plus fonctionnel qu’une applique fixe. Les abat-jours modifient la trajectoire de l’éclairage. Ceux-ci devront être opaques. Extrêmement contemporaine et extrêmement stylée, la petite veilleuse que l’on fixe sous le sommier, permettra de se lever la nuit sans allumer la lumière. Elle s’ajuste sous tous les lits ou dans une prise sur plinthe. Pour le look, vous n’aurez que l’embarras du choix. De multiples choses comme les flacons, les bougeoirs… pourront servir de pieds de lampe halogène.

Éclairage diurne

L’éclairage solaire sera celui pour lequel l’œil sera fait et qui l’épuisera le moins, sauf s’il est d’un éclat excessivement vif. La multitude d’éclairage entrant dans une pièce devra être aussi élevé que possible. On admet que dans une pièce d’habitation, en comparant la puissance de l’éclairage en externe à la puissance de l’éclairage dans la pièce, à 1 m du sol, cette puissance devrait être voisine de 100. II faut donc, que les ouvertures soient les plus importantes que possible. On sera cependant réduit dans cette voie par des interrogations économiques. Valeur d’achat, maintenance, diminution de la chaleur par évacuation par les fenêtres. Pour ces fenêtres, spécialement, on a observé que l’appauvrissement de chaleur par une fenêtre sera six à huit fois plus importante que par un mur de brique normal.

Quand l’ouverture qui donne sur le ciel est trop petite, on pourra accroître la puissance de la lumière par l’emploi de verres spéciaux et même des vitrages isolants. De toute manière, il y a intérêt à ce que les murs des pièces soient lumineux, naturellement ou avec une lumière artificielle.