pétrin

Comment fabriquer son pain sans pétrin ?

Comment fabriquer son pain chez soi sans pétrin et sans appareil à faire le pain ? Voici un défi simple à relever avec quelques astuces et petits trucs !

Vous aimeriez pouvoir fabriquer du pain alors que vous n’avez pas d’appareil à faire le pain (machine à pain)… Et vous n’êtes pas un spécialiste du pain non plus, qu’à cela ne tienne ! Si vous n’avez pas d’appareil automatisé pour malaxer la pâte, ça semble bien difficile cependant, il n’en sera rien. Il suffit de suivre le guide.

La machine à pain est-elle indispensable ?

Si vous vous renseignez sur votre voisinage, il sera fort probable qu’il y ait une machine à pain (le fameux appareil à faire le pain). Elle sera probablement remisée au fond de la cave ou dans un placard de vos voisins. Les machine à pain sont très souvent avec un revêtement en Téflon, le même que la plupart des poêles ou autres récipients qui encombrent les placards de cuisine. Le Téflon sert de matériau antiadhésif qui pourrait être toxique quand la température atteint 230°C.

L’un des produits employés dans la composition du Téflon, est le PFOA qui a été déclaré cancérigène en 2005. Mais actuellement il aurait été enlevé de la « recette » du Téflon. Mais pas par tous les fabricants ? Et en plus il aurait été remplacé par quel autre produit miracle ? Il faut avouer que le fer, la fonte, l’inox ou la céramique, conviendraient aussi bien pour faire le pain.

La préparation de la pâte

On peut considérer qu’il y a 3 procédés pour fabriquer son pain. Dans le 1er, il suffit de suivre la méthode la plus ordinaire avec 500 g de farine T45, 30 cl d’eau, 1 cuillère à café de sel et un sachet de levain lyophilisé pour le pain. On entend assez souvent dire que le levain ne doit en aucun cas entrer en relation avec le sel. On peut par conséquent, employer la méthode de l’autolyse. Cela implique de malaxer ensemble farine, sel et eau, à faire se détendre la pâte 30 mn. Puis ensuite, mettre le levain. Cette opération permettra de modifier biologiquement la farine qui va entrainer une pâte plus souple et une croûte bien plus belle en fin de cuisson.

Pétrissage et poussée

Le pétrissage.

Ce sera lui qui va conditionner la suite et le succès de la cuisson de votre pain. On pourra débuter par malaxer à l’intérieur d’un récipient à salade, ensuite on jette la pâte sur le plan de travail… Puis on rabat la pâte sur elle-même en pressant à l’aide de ses poings ou de ses paumes. On fait cette manipulation pendant approximativement six minutes. Cet exercice est très physique et remplacera facilement une petite séance de musculation. Auparavant, il y a plusieurs décennies, il n’y avait pas de pétrins chez les maîtres du pain (boulangers), les gens qui réalisaient cette opération étaient surnommés les geindres.

La poussée

Durant ces quelques minutes, la pâte se transforme et devient élastique, lisse et souple. Si avec un thermomètre on prend la température de la pâte et si elle est bien pétrie, la température oscillera aux environs de 22 et 24°C. Le malaxage ou pétrissage permettra la progression du gluten (composition de gluténines et de prolamines, qui sont 2 familles de protéines) et favorise la distribution d’air produite par le levain de manière régulière. Puis, il faut former une boule et la faire se détendre 20 minutes à température ambiante couverte d’un linge. La pâte va augmenter de deux fois son volume de départ, c’est ce qu’on appelle la poussée. On peut continuer et réaliser un second pétrissage de six minutes, ensuite on refait une seconde poussée d’une heure.

Façonnage et cuisson

Quand la poussée est terminée, récupérer avec précaution la pâte en prenant garde à ne pas la rompre. Enfoncer votre poing à l’intérieur de cette boule de façon à la dégazer, ce qui permet de chasser l’air. On la sépare en 3 boules. Dans la 1ère on peut ajouter des noix, à l’intérieur de la 2ème des olives et laissé la troisième sans rien. On peut faire une baguette, une couronne, une tresse… En fonction de votre imagination. Fariner faiblement les préparations et avec un couteau bien affuté, d’un ciseau ou d’un cutter, faire un certain nombre d’entailles dans la pâte sur le dessus. Placer un linge de cuisine sur le pain et le faire se détendre 15 à 20 min, le temps pour le four à chaleur tournante d’atteindre 200/220°C.

Cette manière de faire cuire ce pain dans le four vapeur sera parfaite. Cependant si vous n’avez pas de four vapeur à chaleur tournante, ne vous inquiétez pas, la lèchefrite avec de l’eau que vous mettrez au plus bas de votre four fera l’affaire. Puis mettre dans le four à mi-hauteur et programmez trente minutes pour la cuisson. Il faudra bien vérifier le dessous du pain pour s’assurer qu’il est correctement cuit, s’il est peu cuit ou encore blanc, le replacer dix minutes à 180 °C en enlevant la lèchefrite et en le mettant l’envers.

Attendre que les pains refroidissent, puis les couper et regarder la mie, elle doit être blanche, très aérée et moelleuse.